Recherchez le terroriste

Bon, après avoir essayé de passer au travers, de faire l’autruche, de buller dans ma bulle, je suis tirée de mon refuge malgré tout.

Ou que je sois, que j’aille, j’entends à l’insu de mon plein gré des « avis ».

Qui me font autant frémir, si ce n’est plus, que leur sujet : l’attentat.

Ils me font plus frémir car j’ai bien conscience que l’attentat reste malgré tout quelque chose de rare, une exception, mais les avis qui en découlent sont « ordinaires », normaux, admis, logiques… Alors que si on s’y penche, ces avis sont du même tonneau que ce qui pousse un mec à décider de trucider tout ceux qu’il trouvera sur son passage.

Quoi???? t’es conne ou quoi?

Mais non!!! Eux ils ont tort! ils sont mauvais, fous, ils veulent que tout le monde soit comme eux, ils refusent ce que nous sommes etc…

Oui.

Tout à fait.

Et nous?

Nous on a de bonnes raisons, on est du coté du bien, on a le droit de penser qu’ils doivent disparaitre, qu’ils sont néfastes, parce que nous, on est du bon coté n’est-ce pas?

Bien-sûr!

Mais eux, ils pensent quoi?

Qu’ils ont de bonnes raisons, qu’ils sont du coté du bien, qu’ils ont le droit de penser qu’on doit disparaitre, qu’on est néfastes, parce que eux, ils sont du bon coté n’est ce pas?

Le problème ne se trouve pas dans les raisons, parce que les raisons on en trouve autant qu’on en cherche, parce que les raisons c’est subjectif, on pense toujours que les nôtres sont les meilleures, et c’est… la guerre.

Donc.

STOP!!!!

La solution n’est pas dans la confrontation des raisons et la décision que cette raison est meilleure que l’autre.

La solution elle est en nous.

Comme disait un petit indien à lunettes avec un drap en guise de slip :

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde.

Les avis, c’est du vent, c’est des raisons, des mots, des excuses, des justifications, pardon, mais je suis en colère:

les avis: c’est juste de la merde.

Ca ne fait rien changer.

La seule chose qu’on peut changer c’est nous. Et surtout c’est le seul endroit où on peut agir concrètement et avec résultat.

Reconnaitre que quand quelque chose d’extérieur nous gêne, la gêne est en nous. C’est de notre regard sur cette chose que provient la gêne, pas de la chose!

Agir concrètement c’est arrêter de penser que j’irai mieux quand « ça » aura disparu de ma vie, agir concrètement c’est se demander comment aller bien MAINTENANT, daba, tout’d’suit!

Parce que si ça semble égoïste d’aller bien, remarquez que les gens qui vont bien ils ne font pas chier, ils ne votent pas le FN et ne se font pas sauter.

Aller bien c’est héroïque, altruiste, c’est un acte de bravoure.

La paix ne peut venir que de gens apaisés, et pas de gens révoltés!

Hein? bon.

Alors?

« Ami entends-tu le vol noir des corbeaux sur la plaiiiiiiineeeeuuuuuuu. »

Vous voulez combattre le terrorisme? Traquez le terroriste en vous, traquez les jugements qui vous font rejeter quoique ce soit, traquez les jugements qui vous séparent, qui vous font croire que certains ne méritent pas de vivre.

Apprenez à (vous) aimer comme vous voudriez que les gens s’aiment.

N’ayez pas d’avis, juste, regardez et apprenez à aimer ce que vous voyez.

Parce que c’est là.

Vous ne vous demandez plus si vous aimez le bleu du ciel, vous le prenez.

Ben il ne faut pas attendre que le monde change avant de l’aimer, parce que sinon vous ne l’aimerez jamais. Vous partirez sans avoir contribuer au monde que vous vouliez, vous aurez juste alimenté le même système qui vous fait tant de mal.

1000509261001_2033463483001_Mahatma-Gandhi-A-Legacy-of-Peace

 

Publicités