Qui amène quoi?

A chaque réunion de la vie, dès qu’on rentre en contact notre prochain, mais également quand on est tout seul, la question primordiale à se poser est toujours:  qui amène quoi?

De quoi? Les ressentis, les émotions.

Et là où ça devient important et compliqué c’est qu’on n’a pas l’impression de les avoir amené, on a l’impression qu’ils sont là, et même parfois on se mélange les tupperwares, on pense que c’est celui d’en face qui a amené la colère, la joie, la mauvaise humeur, la haine, l’amour.

Exemple 1 :

On croise quelqu’un qui fait un truc vraiment pas sympa, genre il nous pique notre place au parking, alors que nous on tourne depuis des heures, ça fait 4 fois que le Rat chante pirouettecacahuèèèèèèèèteuuuuuu et il entame la 5 ème, bref, vous voyez le tableau.

On sent alors monter une légitime colère, l’énervement, et on croit que c’est lui qui l’a amenée, l’autre là, le fauteur de trouble, le gougnafié, il s’est garé et il nous a largué sa soupière pleine de colère, d’énervement !

Et bien non!! c’est nous qui nous mettons en colère, c’est notre gamelle cette affaire là ! A tous les coups l’autre il est hyper pressé il ne nous a même pas calculé! Ou alors si, c’est un vrai enfoiré qui aime énerver les gens, mais dans ce cas là sa gamelle à lui c’est la joie mauvaise, le sentiment d’exister quand il voit quelqu’un en colère. Donc? C’est bien à nous cette bordée de jurons et les dents, de rage,  plantées dans le volant.

Pour l’amour aussi, on tombe amoureux de quelqu’un, on pense qu’il a amené dans notre vie un beau panier garni, fruits confis et nougats, puis il y a un truc bizarre, on l’aime mais l’autre en face on dirait que non, pourtant il a bien amené l’amour dans notre vie non? Son panier garni était en fait un fake, en polystyrène, nougats en plastique, pas d’amour là dedans? Mais non! Le panier garni c’est nous qui l’avons amené!  l’autre en face on ne sait pas trop ce qu’il a amené, ça le regarde finalement, chacun son auge! Bon ben notre panier garni on peut se le reprendre sous le bras et aller l’offrir à un autre qui a faim de bonnes choses et qui a bon goût, LUI!

Toutes ces métaphores limites foireuses pour expliquer quoi?

Que tout ce qu’on ressent, la honte, le ridicule, la joie, l’amour, la bonne humeur, la mauvaise, la haine, la colère, à partir du moment où c’est nous qui le ressentons c’est nous qui l’avons apporté. Peu importe qui il y a en face, peu importe si on est seul, peu importe les apparences. Et si c’est nous qui l’amenons, c’est que nous en sommes responsables, donc si une des gamelles devient trop lourde à porter, il faut peut-être penser à la regarder de plus près et la nettoyer…

La bonne nouvelle aussi c’est que si quelqu’un se met en colère contre vous, ça n’a rien à voir avec vous, c’est lui qui a apporté sa cocotte minute qui explose juste là maintenant, en vous prenant comme prétexte certes, car il la trimballe depuis si longtemps qu’il ne sait plus qu’elle est là… pas la peine de la prendre en charge, chacun sa vaisselle!! on peut par contre lui donner un coup de main et lui prêter notre éponge et notre liquide vaisselle… rien n’empêche de s’aider!

Mais avant tout, faites les pinces, les radins, les chipoteurs, regardez bien à chaque diner ou réunion qui a apporté quoi. Tenez bien les comptes, ça fait les bons amis. 🙂

ixMWsbdco9YxpBAA1U3l5z6zWWc

Publicités