Code du Déshonneur, article 14 : suivre la Joie

Ca devrait être interdit, on est pas là pour être heureux, ça se saurait!

Et bien si justement! On est là pour être heureux, parfaitement heureux, regardez quand nous naissons et quand nous sommes enfants, on nait avec la joie! On se lève le matin avec la joie, on a parfois des chagrins mais vite oubliés, parce qu’on a trouvé à nouveau quelque chose qui nous mène à la joie, on ne la boude pas, on la prend en entier, dès qu’elle s’approche on saute dessus à pieds joints!

Bon puis après ça se gâte, on rechigne, on commence à apprendre que ça ça se fait et ça ça ne se fait pas, les frustrations font grandir, etc, on est renvoyé dans les cordes pour ce que nous sommes, entre les « ça se fait »  et « ça ne se fait pas » (sans nous dire vraiment pourquoi d’ailleurs) , s’insinue « ça ne doit pas être » et « ça doit être », puis : je ne dois pas être comme ci ou comme ça ou je dois être comme ci ou comme ça.

Et on perd le chemin qui nous mène à nos vrais ressentis, on les bloque, on les interdit et on ne sait plus suivre la joie, on s’habitue à vivre dans la mornitude avec quelques plaisirs autorisés ou pas. Mais seulement des plaisirs, plus de joie.

J’ai  enfin réussi à retrouver le chemin de la joie, je le perds parfois, il n’est pas encore assez fort mais quand je le trouve encore une fois je constate: mais qu’est ce que c’est facile! Si quelque chose m’apporte plus de mal que de bien, même si ma raison s’emploie à me faire croire que c’est mieux pour moi, je sais, je sens que ça ne l’est pas. Comme accepter un contrat qui va nous rapporter beaucoup d’argent mais qui nous coûte personnellement tellement! Ma raison me dit : ça ne se refuse pas. Mon coeur me dit: barre toi en courant. Ben maintenant je me barre en courant. Pareil pour les relations qui ne m’apportent rien ou qui même me plombent, bye bye babyyyyy!  C’est si facile de trouver son chemin quand la boussole fonctionne! Encore faut-il qu’elle fonctionne ou même qu’on sache qu’elle existe!

Un peu comme pour les aliments, on sait quand c’est pas bon ou pourri, et bien on a le même outil pour les décisions et les choix. Il faut suivre la joie. Oser suivre la joie, tout ce qui ne rend pas heureux… ne rend pas heureux !

Ce n’est pas facile, on est conditionné à ne plus suivre notre joie, sinon on serait libres! Mais trouver, chercher et trouver ce qui nous bloque, quelles sont les croyances qui ont installés des choses plus importantes que la joie dans notre tête, et déprogrammer patiemment tout ça… Et ce qui a de magique c’est que c’est là, tout est intact et attend juste qu’on le retrouve pour fonctionner parfaitement, rien n’est jamais abimé ou perdu, tout est là, en dessous, bien caché…

532088_512642788755055_1584961654_n

Publicités