Code du déshonneur, article 10 : Ne pas juger.

Celui-là, c’est un balèze.

Parce qu’il est difficile à expliquer.

Ne pas juger et ne pas se juger. Ca veut dire accepter les choses qui se passent sous notre nez comme étant telles qu’elles sont, elles sont en train de se passer, on n’y peut déjà plus rien, on peut juste se dire: c’est.

Pas « c’est comme ça » qui sous entendrait une abdication. Simplement: c’est.

Oui, l’instant présent, les choses qui se déroulent sous nos yeux prennent déjà leur source dans le passé, et on n’y peut plus rien.

Les horreurs, les catastrophes, notre mauvaise humeur, notre colère ou bien notre fatigue, notre stress, nos envies, nos dépendances. Elles sont.

Là.

En ce moment.

Personne n’y peut rien.

Ne pas juger c’est reconnaitre ses limites: quoiqu’on en pense, qu’on s’insurge, qu’on ne soit pas d’accord, c’est là, ça se passe. Nous sommes seulement libres de l’accepter. Ne pas l’accepter n’est pas de notre ressort. Ca se décide et se passe quoiqu’on en pense.

Ne pas se juger et ne pas juger c’est prendre la vie, là, celle qui se passe devant nous comme elle vient, et ne pas se dire que ça pourrait être autrement, non, car ça ne pourrait pas!

Là, aujourd’hui, nous, le monde, sommes.

Simplement.

Et c’est tout ce qui nous incombe comme tâche au final: être.

Le futur oui, ça pourrait être autrement, et on doit faire ce qui nous semble juste pour parvenir à ce qu’on souhaite, poser les premières pierres d’un mieux être, d’un projet, d’un avenir qui nous semble nous convenir, en conscience de ce que nous sommes et de nos limites! Comment on fait ça alors? On s’agite? On s’insurge? On prends des décisions, on change les  choses?

Mmmmmhhh… non. C’est ce qu’on fait depuis toujours. Et on pense que ça marche parce que parfois, au milieu de tout ce bordel, un truc beau en sort. Mais en général le truc beau, comme la fin de l’apartheid, ou les droits des femmes ne sont seulement que des solutions apportées à des problèmes créés ultérieurement. Je veux dire la politique ne résout que les problèmes créés par elle-même, les actions détruisent ce que d’autres actions ont mis en place, des changements ne changent que des changements antérieurs! Ce n’est pas ce que j’appelle une avancée tangible vers un monde meilleur.

N’est ce pas?

Soyons pragmatiques, ne cherchons pas à analyser qu’elle est la meilleure solution mais expérimentons et trouvons celle qui marche! Même si elle nous semble peu logique.

Essayons celle là:

Pour changer le monde il faut l’accepter tel qu’il est.

Tant qu’on lutte contre ce qui est, contre ce que nous sommes, tant qu’on voudrait un monde et nous-même différents, tant qu’on juge que ce n’est pas bien, ou que c’est raté, là vient la souffrance, la douleur, les actions qui veulent conjurer: pouvoirs, lois, désirs mal orientés, dépendance. La souffrance trouve sa source dans la brisure entre ce qui est et ce que nous croyons que ça devrait être. C’est paradoxal. On se dit que le monde est moche et qu’il faudrait le changer, mais il ne changera que quand nous cesseront de lutter pour le changer. Quand on se regardera tous sans jugement, et avec acceptation. Ca veut dire quoi? Plus de guerre, plus de désir de pouvoir, plus de dépendance plus aucune de ses choses qui prennent racine dans la lutte, personne n’aura besoin d’écraser l’autre pour se sentir exister, il sera, simplement. On ne lui dira jamais qu’il faudrait qu’il soit meilleur que ça, ou moins comme ci ou comme ça. On le prendra en compte réellement, sans attente, sans jugement. Simplement comme il est. Comme nous sommes.

Et le monde alors changera.

Commençons dès aujourd’hui, à accepter de ne pas changer. A aimer tout de soi-même et des autres, les manques, les faiblesses, les mauvais jours, la tristesse, comme la joie, la légèreté, la sérénité. Etre spontané, sans essayer de s’orienter. Laisser la vie nous traverser, être ouverts et sereins.

Changer les choses ne marche pas. Essayons alors de ne pas les changer.

C’est loin de ne rien faire. C’est même autrement plus difficile que de s’agiter.

N’est ce pas?

 

 

 

 

 

Publicités