Je viendrai avec ma bite et mon couteau*.

* Du vent dans mes mollets.

A la Jujube.

Avec la Jujube on n’a de cesse depuis notre première rencontre à l’école primaire de chercher le pourquoi du comment. Malgré les turpitudes de la vie, notre éloignement géographique on continue toujours, par mail, téléphone, carte postale ou visites, notre  conversation, commencée quand on avait 6 ans, et peu importe qu’elle soit entrecoupée de pauses plus ou moins longues, on reprend là où on s’était arrêtées, et on continue de plus belle.

Là, ces derniers jours, grande question :

On a pris conscience qu’on avait une assez mauvaise image de notre partie féminine, conditionnées sans doute par l’influence de la société, mais bref, être des femmes, des vraies, ça ne nous fait pas vraiment…bander.

Sur cette constatation on a pas été très loin on s’est juste demandées : pourquoi ?

Ah bah oui tiens ?

Déjà parce qu’on se juge nous-même sur une base qui n’est pas la notre.

Sur la base masculine.

Sur la base de résultat, de réussite quantifiable : tant de mammouth tués, tant d’argent gagné, tant d’échelons montés.

En résumé:  pour être une femme respectée on doit se trimballer avec notre bite et notre couteau.

Parce que la contribution spécifique aux femmes, (tenir un foyer, élever des enfants et tout le bataclan) n’est pas quantifiable donc elle n’est pas reconnue.

Les femmes elles-mêmes trouvent ça naze. Enfin beaucoup. Etre une femme on trouve ça un peu dégradant sauf! si on en remontre aux hommes. Et donc, qu’on se juge avec leurs critères. Parce qu’en vrai, on ne sait plus bien ce que c’est une femme sans bite et sans couteau.

Combien de nos copines, moi compris, se sont senties nulles et inutiles parce que coincées à la maison à allaiter leur lardon (halal le lardon en ce qui me concerne, mais là n’est pas la question)?

Mais pourtant ? On a bien été élevées dans l’illusion qu’on était les égales des hommes non ?

N’en déplaise aux féministes de tout poil et aux hommes qui nous le renvoient dans les dents dès qu’on s’offusque du fait qu’on ne nous tienne pas la porte au resto (d’ailleurs on a pas à s’offusquer, l’étiquette veut qu’un homme entre le premier dans un lieu publique pour vérifier qu’il n’est pas mal famé, mais là n’est pas la question)  :

On n’a pas créé l’égalité homme femme.

On a forcé les femmes à devenir des hommes.

Je ne dis pas qu’il ne fallait pas faire quelque chose pour les femmes, loin de là, je pense que les féministes ont cru bon de nous élever au rang d’homme, ou du moins dans l’urgence de devenir indépendantes on a pas eu le choix mais (ben oui il y a un gros MAIS), comme souvent, quand on veut gommer les inégalités on gomme les différences.

Je ne suis pas d’accord du tout. Nous sommes différentes des hommes, ils sont différents de nous, et sans aucun jugement de valeur juste une constatation : nous sommes différents, et nous nous complétons parfaitement puisqu’à priori l’espèce a survécu sur ce modèle, et que je suis là aujourd’hui pour encore couper les cheveux en 7.

Nous sommes différents, complémentaires, mais différents : alors comment pouvons-nous fonctionner de la même manière ?

Avoir le droit au même respect ne devrait pas inclure le fait de renier ce qui fait fondamentalement une femme.

Pour moi, (sans vouloir vous renvoyer à la maison mesdames) je pense que la vraie égalité serait de reconnaître que tout ce qu’on fait à la maison, élever les enfants, organiser le quotidien, contribue autant que bosser à l’extérieur  à la survie de l’espèce, de la société. Et je pense qu’une vraie égalité serait de nous donner pour ça un salaire. Qu’on ait le choix de bosser (avec des horaires adaptées à notre rôle fondamental) ou d’élever nos enfants, un VRAI choix, en toute indépendance (parce que sinon c’est pas un vrai choix hein !!!!) reconnaître notre valeur, nous sommes des mères, nous valons autant qu’un chasseur, il n’y a pas de raison pour que notre rôle à nous ne soit pas reconnu voir même pire: péjorer.( Je ne sais pas si ça se dit, mais il faudrait que ça se dise, ça fonctionne bien je trouve.)

Voilà, pour moi la vraie égalité c’est d’obtenir le même respect que les hommes sans avoir à devenir un homme. Je suis respectable même si je ne suis pas à l’aise dans le monde du travail, monde de chasseurs et de guerriers. Je suis respectable en tant que femme, avec mes différences de fonctionnement, d’aptitude, de priorité.

L’égalité ne doit en aucun cas demander aux individus de sacrifier ce qu’ils sont fondamentalement.

Nous sommes égaux en droit avec des devoirs différents et complémentaires (nb: penser à ajouter un * aux Droits de l’Homme).

Cesser les jugements de valeur et donnons-nous le droit d’être différent.

Je ne suis pas mieux qu’un homme, un homme n’est pas mieux que moi, je suis une femme et ça devrait suffire à faire de moi un individu à part entière.

Comment avons-nous pu pondre un système standardisé, qui ne prenait aucun compte de ce que nous sommes tous intrinsèquement  c’est à dire tous différents ?

Pourquoi avons-nous décrété que c’était la conformité à un standard (le travailleur du 20 siècle) qui  déterminait notre valeur ?

Et surtout, pourquoi trouvons-nous tout ça normal aujourd’hui ?

Pourquoi les femmes se sentent-elles des sous-hommes parce qu’elles ne sont pas des hommes ?

Moi je ne veux plus avoir à venir avec ma bite et mon couteau.

Voilà.

Bisous !

149147_492516824122297_1154614983_n

Publicités