Savoir ce que l’on veut…

…Et savoir le formuler.

Ca semble tout bête dit comme ça.

Sauf que…

Ben c’est loin d’être simple.

Savoir ce que l’on veut…On en a tous une petite idée, souvent même une grande, voire même trop grande et du coup toute floue. Déformée. Impossible.

Je veux être belle, riche, intelligente…Certes. Mais c’est vague tout ça, ma douce.

Je veux être blonde platine et toujours bien coiffée, je veux gagner 4000€ par mois, je veux écrire un livre et être éditée…c’est déjà moins flou, moins vague.

Donc Savoir et définir ce que l’on veut. Exactement. Ce que l’on veut NOUS, pour nous-même.

Exemple: se demander si la paire de 95C c’est bien pour nous-même ou pour Chouchou qui a les yeux perdus dans le vague devant Alerte à Malib’…

J’ai souvent constaté, aux prises avec des dilemmes cornéliens, qu’en général il y a deux options: celle du coeur et celle de la raison.

Celle de la raison nous permettra d’avoir moins à défendre notre point de vue face aux autres, c’est assez confortable quand on manque un peu d’assurance…but…pas très glorieux, je dirais même pour rester en anglais:  inglorious (basterds).

Celle du coeur nous permettra de moins déprimer et d’être mieux dans nos baskets. Mais peut-être de perdre des amis (des faux amis, de raisonnables amis).

Savoir ce que l’on veut, et/ou choisir ce qui nous va le mieux.

J’ajouterai aussi : faire un petit examen de conscience et essayer de voir si ça nous rendra bien plus heureux ou si ça comble un vide qu’on aurait peut-être un peu intérêt à aller visiter et combler par des moyens réellement efficaces et pérennes, ne pas passer sa vie à remplir un puit sans fond, ça peut être aussi un objectif…je dis ça, je dis rien hein…;-)

Ensuite : le formuler. Le concrétiser, faire d’une grande idée générale, d’un souhait, un objectif.

En chiffre, en temps, en étapes, en initiatives et en décisions. Un plan d’attaque, une stratégie. C’est celle-ci qu’on adaptera aux aléas, mais on ne change pas l’objectif.

Passer de la rêverie fantasmagorique à l’action, la vraie!

Formuler clairement et je ne dis pas « objectivement » ou « raisonnablement », le but c’est de dépasser la raison, hein, sinon on avance pas, pas de Tour Eiffel, pas de Gandhi, pas de marche sur la lune et ni de César pour Omar !

Alors? Qu’est ce que je veux, et que dois-je faire pour l’avoir ?

Au boulot!

Ah non, c’est le 1er Mai…

Alors demain.

pamela-anderson-dans-le-role-de-c-j-parker-9484946dijlx_2041

Publicités